La Commission technique de l’Uemoa évalue le Sénégal

Sénégal

L’équipe technique de la commission de l’Uemoa, les experts et points focaux évaluent les réformes, politiques, programmes et projets de l’Union économique monétaire ouest africain (Uemao) en cours d’exécution au Sénégal. A la fin travaux de trois ouverts hier mardi, à Dakar, «un mémorandum sera soumis à l’examen des ministres à leur prochaine rencontre pour le volet politique de la revue annuelle…», a fait savoir Bassirou Samba Niasse lequel fera l’objet sera soumis aux observations Bassirou Samba Niasse secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan.

 

La quatrième revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets de l’Union économique monétaire ouest africain (Uemao), s’est ouverte hier mardi, 25 septembre y à Dakar. Cette rencontre de trois jours se veut une «occasion exclusive pour revisiter en profondeur les réformes et politiques communautaires aux fins de connaitre la nature précise des lenteurs qui affectent leur mise  en application d’une part et faire le point sur les programmes et projets de l’Uemoa en cours d’exécution au Sénégal, d’autre part», a dit le secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan Bassirou Samba Niasse, venu présider l’ouverture des travaux. Ces améliorations tournent autour de trois points que sont les réformes dans le domaine de la gouvernance économique et de la convergence, celles du marché commun, et celles relevant des politiques sectorielles. Leur mise en œuvre permet «de renforcer la solidarité au sein de l’espace communautaire et de mutualiser les forces et expériences. Mais aussi de combler les faiblesses à l’échelle communautaire et d’affronter les défis communs selon des approches concertées», souligne le Sg.

 

Auparavant, la représentante résident de la commission de l’Uemoa, à Dakar, Madame Aïssa Kabo/Sidikou a magnifié les éditions de 2014-2015, qui à ses yeux, ont permis de noter «une progression significative des taux de transposition et d’application des réformes communautaires et celle de 2015 en particulier, laquelle a été l’occasion de passer également en revue des projets et programmes communautaires». Selon elle, l’objectif visé c’est de «donner une plus grande impulsion politique au processus d’intégration régionale dans l’espace Uemoa. Ce, en identifiant dans un premier temps les facteurs pouvant constituer un goulot d’étranglement ou pouvant atténuer l’efficacité des réformes et projets communautaires dans un second temps en accompagnant les Etats dans l’atteintes des résultats probants».

Jean Pierre MALOU