Faute de parrains…Des candidats abdiquent et se cachent

Sénégal

Ils sont plus de 80 candidats qui ont fait part de leur intention de briguer la magistrature suprême en allant chercher les fiches de parrainages en août dernier. Aujourd’hui peu d’entre eux sont audibles. Tous ceux qui chantaient leur candidature sur tous les toits il y a deux mois, se cachent aujourd’hui, assommés par l’uppercut du parrainage…

Combien seront-ils à abandonner la course à la présidentielle avant le 24 février 2019 ?

Depuis un mois, des candidats qui faute de ne pouvoir réunir le nombre de parrains, jettent l’éponge et cachent leur humiliation derrière un soutien à un autre candidat.

Mame Adama Gueye, l’avocat-politicien venait de présenter son tout nouveau Mouvement politique dénommé “Sénégal Bu Bess” qui devait porter sa candidature à la présidentielle de 2019. Devant les difficultés de réunir le nombre minimum de parrains, l’avocat-candidat s’est transformé en avocat-médiateur entre les candidats de l’opposition. Aujourd’hui il rencontre les autres candidats encore en lice sans donner un « nom » au sens de sa médiation : cherche-t-il le candidat idéal ou veut-il un candidat unique pour l’opposition ? Personne ne le sait !

Ndella Madior Diouf avait annoncé sa candidature en juin dernier. Candidate du parti politique RNUA (Réconciliation Nationale pour l’Unité Africaine), Ndella Madior Diouf va capituler devant les difficultés de réunir le minimum de parrains exigés. Et pour cacher sa défaite, elle va s’empresser d’annoncer son soutien au dernier candidat déclaré, Madické Niang. Et surement que c’est un soutien sans apport de parrains !

On ne les entend plus…

Où sont-ils, ceux qui, sur un coup de tête, ont annoncé leur candidature à la présidentielle ?

Le juge Ibrahima Hamidou Dème, président du mouvement dénommé «Ensemble », l’inspecteur général d’Etat, Ngouda Fall Kane, de la formation politique synergie pour le développement (Spd) et le capitaine Mamadou Dièye du 25e Bataillon de reconnaissance et de d’appui…Ils ont démissionné de la fonction publique avec fracas et annoncé dans la foulée leur candidature à la présidentielle…Mais aujourd’hui, abattus par les exigences du parrainage, ils se font plus discret dans le silence et l’oubli.

D’autres suivront…Dans l’abandon