Rugby : L’Afrique du Sud éjecte la France de son Mondial

L’Afrique du Sud a remporté le grand choc des quarts de finale du Mondial contre la France dimanche à Saint-Denis (29-28), et affrontera en demie l’Angleterre, sortie victorieuse d’un match moins relevé contre les Fidji (30-24) à Marseille.

La rencontre programmée samedi prochain au Stade de France s’annonce déséquilibrée sur le papier en faveur des tenants du titre, comme le sera l’autre demi-finale qui aura opposé la veille la Nouvelle-Zélande, renaissante, à l’Argentine

Les Springboks sont passés définitivement devant à l’entrée du dernier quart d’heure d’un match d’une intensité extrême, grâce à un essai, le quatrième de son équipe, du deuxième ligne Eben Etzebeth, tout en force. Malgré le soutien de leurs 80.000 spectateurs, les Bleus ont échoué d’un rien.

Pendant la première période, ultra spectaculaire, pas moins de six essais avaient été marqués, trois pour les Français (Baille deux fois et Mauvaka) et autant pour les Sud-Africains (Arendse, De Allende, Kolbe). Menés 22-19 en rentrant au vestiaire, les Boks, plutôt dominés en début de match, avaient exploité les erreurs des Bleus notamment à la réception des chandelles.

Cette élimination est une immense déception pour les Français, qui visaient un premier titre mondial. Leur ambition avait été encore aiguisée par leur belle victoire dans le match d’ouverture contre les All Blacks.
Mais elle n’est pas vraiment une surprise, étant donné le pedigree de l’adversaire, triple champion du monde (1995, 2007, 2019) et désormais premier favori pour un quatrième sacre.

Certes les Sud-Africains avaient perdu une fois en poule, contre l’Irlande (13-8), mais surtout à cause d’un problème de buteur dont ils n’ont pas souffert dimanche.

Les Français, revigorés par le retour de leur demi de mêlée et capitaine Antoine Dupont, trois semaines après avoir été opéré d’une pommette fracturée lors du match contre la Namibie, abordaient le match en confiance. Ils se rappelaient aussi leur succès sur ces Sud-Africains en novembre dernier, en test-match.

Mais la présence du demi de mêlée star n’a pas suffi face à l’armada surpuissante des Springboks, qui ont pris le dessus physiquement en fin de rencontre et n’ont pas été loin de donner plus d’ampleur au score sur la fin.

– La botte de Farrell –

Les Sud-Africains seront très largement favoris face à l’Angleterre en demi-finale samedi prochain au Stade de France. L’affiche sera la même que celle de la finale du Mondial japonais il y a quatre ans, mais le rapport de force a depuis nettement évolué en leur faveur.

Pour l’Angleterre, cette sixième demi-finale est même un résultat inespéré tant l’équipe semblait en piteux état avant le Mondial.

Le XV de la Rose n’avait pas été convaincant lors de la phase de poule, passant près de la défaite contre les Samoas, et n’a toujours pas rassuré dimanche face à l’autre nation du Pacifique, les Fidji, qui leur a donné du fil à retordre.

Les hommes de Steve Borthwick ont même laissé les Fidjiens revenir à leur hauteur (24-24) à dix minutes du coup de sifflet final.

Les Anglais avaient bien marqué deux essais par leurs centres, Tuilagi (14) puis Marchant (23), en force, en début de rencontre, mais les Fidjiens en ont eux marqué trois (Mata, Ravai, Botitu), les deux derniers ayant complètement relancé le suspense à un quart d’heure de la fin.

C’est le pied de l’ouvreur Owen Farrell qui a fait la différence. Il en faudra beaucoup plus pour inquiéter les Springboks.