Rachat de Chevron Afrique du Sud : Glencore sur le point de renverser Sinopec ?

Afrique

Le trader anglo-suisse de matières premières Glencore serait en bonne voie pour reprendre les actifs de l’américain Chevron en Afrique du Sud. Alors que la Commission de la concurrence avait approuvé en mars dernier l’offre du chinois Sinopec, elle vient cette foi-ci de désigner Glencore comme futur acquéreur des actifs locaux du pétrolier américain.

La Commission de la concurrence en Afrique du Sud a approuvé, jeudi 23 août, l’offre de Off The Shelf Investments Fifty Six (OTS), un consortium dont Glencore est l’actionnaire majoritaire, pour le rachat des actifs locaux de Chevron, a indiqué dans l’institution dans son communiqué publié jeudi 23 août sur son site web.

Approbation de l’offre sous conditions

«La Commission a estimé que l’opération envisagée concerne l’intérêt de l’impact sur l’emploi, impact sur le secteur industriel ou la région et impact sur les petites entreprises devenir compétitif. À ce titre, la Commission recommande que le projet de fusion soit sous réserve d’un certain nombre de conditions pour traiter les questions d’intérêt public», indique le communiqué.

Par conditions, la Commission entend notamment la préservation des emplois post-fusion, la poursuite du retrait des subventions d’aide de Chevron, la création d’un fonds de développement axé entre autres sur le développement des petites entreprises et entreprises appartenant à des Noirs, l’engagement d’OTS à financer certains coûts liés au rebranding post-fusion, l’engagement à réaliser «un investissement important» pour traiter la capacité de raffinage et les questions connexes, ou encore le maintien d’un certain niveau de participation du B-BBEE -l’empowerment économique initiée par le gouvernement sud-africain en faveur des Noirs- dans Chevron après la fusion.

Dix mois d’attente

Pour rappel, c’est en octobre 2017 que Glencore a déclaré son intérêt pour la reprise des actifs de Chevron en Afrique du Sud, lesquels comprennent la production, la vente au détail et la distribution de produits pétroliers, avec notamment une raffinerie de pétrole à Cape Town d’une capacité de 110 000 barils par jour, un site de mélange de lubrifiants à Durban, un réseau de transport, des dépôts et oléoducs à Saldanha Bay et dans le port de Cape Town.

En lisse contre le chinois Sinopec qui avait vu son offre de 900 millions de dollars approuvée sous conditions par la Commission de la concurrence en janvier dernier, Glencore semblait en mauvaise posture dans cette compétition. Mais l’approbation qu’il vient de recevoir en dit long sur ses chances à remporter le deal. Pour mémoire, le négociant anglo-suisse des matières premières avait formulé une offre de 973 millions de dollars pour reprendre 75% des activités de l’américain Chevron en Afrique du Sud, les autres 25% seraient à la portée d’investisseurs divers, qui resteraient donc minoritaires.

Il aura donc fallu dix mois après sa manifestation et sept après l’avis favorable reçu par Sinopec, pour que Glencore voie son offre approuvée. Alors que les firmes sont quasiment soumises aux mêmes conditions, le déroulé du dossier laisse entrevoir une bonne voie pour le trader suisse. Les choses devraient se préciser au cours des prochains mois

Originally posted 2018-08-28 00:18:20.