Merkel pour « un voisinage bon et profitable entre l’Afrique et l’Europe »

Afrique

À travers un tout nouveau fonds d’investissement doté d’un milliard d’euros, la chancelière allemande entend encourager les PME européennes à miser sur l’Afrique.

À l’issue de la conférence Compact with Africa, la chancelière allemande, Angela Merkel, a annoncé mardi la création d’un fonds d’un milliard d’euros. Il s’agit pour cette structure de favoriser les investissements de petites et moyennes entreprises (PME) européennes en Afrique. « Ensemble, nous voulons envoyer aujourd’hui un signal clair : la volonté d’avoir un voisinage bon et profitable entre l’Afrique et l’Europe », a déclaré la chancelière, citée par l’AFP, lors du sommet à Berlin sur les investissements privés en Afrique, appelé Compact with Africa. Dans la pratique, ce nouveau fonds servira à octroyer des prêts et des fonds propres aux PME européennes et allemandes qui souhaitent investir en Afrique et des fonds propres pour les PME africaines. En parallèle, un réseau offrant des conseils aux investisseurs potentiels sera créé, notamment pour aider les entreprises allemandes sur place.

L’Afrique désormais prioritaire par rapport à l’Asie

« Pendant de nombreuses années, nous avons été très concentrés sur l’Asie, je pense qu’à l’avenir le regard doit davantage se tourner vers l’Afrique », a déclaré la chancelière allemande lors de cette initiative créée lors de la présidence allemande du G20, l’an dernier, et à laquelle participent douze pays africains. Et Mme Merkel d’estimer que le continent africain avec ses 54 pays dispose d’« un énorme potentiel de croissance ». De quoi comprendre que la chancelière fasse du développement de l’Afrique une des grandes priorités de son mandat et multiplie ces derniers mois les déplacements sur place.

Des investissements pour contenir les migrations

Par ce biais, Angela Merkel vise aussi un autre objectif : réduire le flux de migrants en provenance de ce continent vers l’Europe, une question sensible à l’origine de ses difficultés politiques depuis trois ans. Sa décision d’ouvrir les portes du pays à plus d’un million de demandeurs d’asile et de migrants en 2015 et en 2016 a en effet plombé sa popularité en Allemagne et l’a finalement contrainte lundi à annoncer son départ progressif du pouvoir. « Nous autres, Européens, avons un grand intérêt à ce que les pays africains jouissent de bonnes perspectives économiques », a ainsi dit Angela Merkel dans des propos repris par l’AFP. « E,t pour cela, nous avons besoin d’investissements publics mais aussi privés », a ajouté la chancelière.

Une stratégie déjà mise en œuvre

La conférence est notamment parrainée par les géants industriels allemands Siemens et Volkswagen. Dans le cadre du programme Compact with Africa, le Ghana, la Tunisie et la Côte d’Ivoire ont déjà reçu 365 millions d’euros de soutien financier sous la forme principalement de prêts bonifiés. Cependant, plusieurs associations humanitaires ont critiqué ce projet, estimant qu’il n’aidait pas les pays les plus pauvres mais ceux connaissant déjà un développement économique. Ces pays constitueraient ainsi une destination plus intéressante pour favoriser les entreprises exportatrices, par exemple allemandes.

POINT AFRIQUE