Docteur Cheikh Tidiane DIEYE dissèque la corruption bureaucratique au Sénégal.

Sénégal

Un nouveau livre qui fera surement parlé de lui, tant, dans la forme comme dans le fond, il est ponctuel, mesuré et profondément dense et documenté. Il s’agit de « La corruption bureaucratique au Sénégal: Trajectoires, Ressorts et Représentations populaires », publié par le Dr Cheikh Tidiane DIEYE aux éditions l’Harmattan. Contrairement à ce que le titre peut laisser paraitre, ce n’est pas un livre-scandale. C’est un livre de connaissances. 

Dr Dièye y fournit une contribution majeure à la compréhension du phénomène de la corruption, à travers l’analyse de ses acteurs, ses facteurs facilitateurs, ses mécanismes et ses représentations populaires. En effet, l’ouvrage est le fruit de plus d’une quinzaine d’années de recherches et d’observation des pratiques et comportements des acteurs sénégalais, des acteurs politiques aux citoyens en passant par les agents de l’administration publique, vis-à-vis de la corruption.

Le livre est divisé en cinq chapitres. Le premier est consacré à la présentation du cadre théorique et conceptuel de la corruption. Il met en débat les concepts de corruption et de bureaucratie pour montrer leur complexité et leur transdisciplinarité. Le second chapitre analyse les pratiques professionnelles officielles et officieuses qui naissent et se déploient dans les interstices de l’administration publique, et expliquent en partie les comportements des agents comme ceux des usagers. Le troisième chapitre analyse la trajectoire de l’État Sénégalais, de l’indépendance à nos jours, et la façon dont les régimes successifs ont lutté contre la corruption ou l’ont utilisée comme instrument de gouvernance politique. Le quatrième chapitre présente les processus, les acteurs et les institutions de la lutte contre la corruption, les résultats de cette lutte et les défis et limites auxquels elle fait face. Enfin le cinquième chapitre est consacré à l’analyse de la façon dont l’État est perçue par les citoyens, et au-delà, la manière particulièrement ambigüe et ambivalente dont la société, dans son ensemble, se comporte avec le phénomène de la corruption ou vis-à-vis du bien public.

Ce livre devrait être utile à de nombreux acteurs. D’abord à l’OFNAC et aux institutions de lutte contre la corruption qui devraient y trouver le moyen de cerner de plus près et de mieux comprendre l’objet de leur création. Ensuite aux acteurs politiques qui, dans le contexte de la prochaine élection Présidentielle, pourraient y trouver les outils théoriques et pratiques pour mieux affiner leurs stratégies de lutte contre la corruption dans leurs offres de programme. Enfin aux organisations de la société civile qui pourraient cibler davantage leur plaidoyer sur la lutte contre la corruption afin de l’adapter aux contingences bureaucratiques, politiques, sociales ainsi qu’au contexte culturel de la gouvernance.

Le libre est disponible chez l’Harmattan à partir de ce mardi 11 décembre 2018.

Originally posted 2018-12-12 02:08:29.