BP apporte son soutien l’institut Sénégalais du pétrole et du gaz

Sénégal

British Petroleum (BP) va investir plusieurs millions de dollars dans le développement de l’Institut sénégalais de pétrole et du gaz (INPG). Un accord de partenariat vient d’être signé entre le Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (Cos-Petrogaz) du Sénégal, BP et Cosmos Energy.

Le Sénégal va bénécier d’un soutien de taille dans l’exploitation et l’optimisation de ses ressources pétrolières et gazière. En partenariat avec Cosmos Energy, le Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz, la multinationale britannique BP vient de s’engager à verser des millions de dollars à l’Institut sénégalais du pétrole et du gaz.
Cet engagement nancier, qui va couvrir la période 2018-2019, «est le fruit d’un accord signé par BP et son partenaire Cosmos Energy, avec le Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz», souligne le communiqué du groupe britannique transmis à la presse.

Une réunion entre les trois parties a été tenue le vendredi 31 août dernier, pour discuter des conditions de sa mise en œuvre. L’occasion pour le président régional de BP, Emma Delaney, de revenir sur l’important rôle que devra jouer l’INPG. «C’est un honneur pour BP de soutenir cette initiative importante. Nous avons travaillé en étroite collaboration, au cours des 12 derniers mois, avec nos partenaires et avec le gouvernement du Sénégal à la conception d’un Institut appelé à devenir un centre d’excellence durable pour le Sénégal et pour son industrie», a t-il précisé. Il ajoute que «la compagnie travaille en étroite collaboration avec toutes les parties prenantes, au développement du premier projet sénégalais de gaz naturel liquéfié dont les phases de construction devraient démarrer en 2019».

Pour sa part, Ousmane Ndiaye, Secrétaire permanent de Cos-Petrogaz et président du Conseil d’administration de l’INPG, a rappelé que «ce type de convention avec les opérateurs pétroliers et gaziers chargés de développer le secteur démontre l’engagement de l’Etat du Sénégal pour sécuriser l’avenir de cette industrie.

Le directeur général de l’Institut national du pétrole et du gaz, Aguibou Ba, quant à lui, estime que cet «intérêt partagé» avec BP va développer l’expertise technique nationale et assurer aux ressources humaines spécialisées une formation en adéquation avec les besoins de l’industrie dans un centre à la pointe de la technologie». A préciser que, depuis 2017, BP sponsorise un programme de cours d’anglais visant à améliorer les compétences linguistiques de 50 cadres administratifs sénégalais. Elle vient aussi en appui aux activités liées au développement économique, à la protection de l’environnement, la santé et l’éducation dans la région de Saint-Louis.

A rappeler aussi que la compagnie britannique est spécialisée dans la recherche, l’extraction, le raffinage et la commercialisation des hydrocarbures. Elle a multiplié ses activités au Sénégal et en Mauritanie, à la faveur d’un contrat signé, en décembre 2016, avec le groupe Kosmos Energy. BP détient une participation de 60% dans les blocs de Saint-Louis profond et de Cayar aux larges du Sénégal. Kosmos Energy détenant 30% des parts et le Sénégal 10% à travers la Société des pétroles du Sénégal (PETROSEN).

Originally posted 2018-09-06 02:20:28.